Petite interview de Sophie Briand alias Nebka, membre du jury du concours “Il était une fois un petit jeu de rôle”. Cette interview est menée par Tiramisù le 14 Avril 2020 et enrichie des questions complémentaires de la communauté.

Salut Sophie ! Pour commencer est ce que tu pourrais te présenter en quelques mots ?

Bien sûr!
Sophie-Nicole de mon prénom, je suis originaire de la région Rhône-Alpes et j’ai beaucoup voyagé, dont notamment 4 ans en Chine. J’ai fait des études en Gestion et je travaille pour une maison de luxe à Paris. Je suis double dys ‘ pour ceux qui savent, ce qui m’a permis très tôt de développer une appétence particulière pour l’orale et les mots qui ont une poésie particulière pour moi.

Oh merci alors de te prêter à cet exercice écrit 💚
Est-ce que tu veux bien nous parler de ta rencontre avec les jeux de rôle, de comment est née chez toi cette passion ?

Ça a commencé avec le théâtre, et les arts de la scène (quelques bonnes années de conservatoire de danses), je me suis aussi intéressé à ce qui rend les histoires passionnantes et captivantes.

Tu es co-autrice d’un jeu de rôle qui s’appelle Engrenages – dans quel univers et quelles intrigues nous plonge ce jeu ?

Je suis tombé sur des passionnés d’histoire comme moi au lycée, surtout une personne à accrocher à mon imaginaire, Adrien Berthelot. Par hasard, nous sommes a Marseille pour une année en 2013, lui en mathématique, moi en Finance et nous commençons a créé Engrenages avec les membres de l’association de Saint-Charles comme cobayes. C’est un univers dystopique, et surtout steampunk. On joue en 1882, dans une ville nommée Havengrinn, qui se situe sur la côte ouest de l’Amérique géographique. Nous avons été particulièrement inspirés par « L’appel de Cthulhu », ou le plus récent « Ombre d’Esteren » et avons fait de Engrenages un jeu d’ambiance, où les joueurs découvrent les secrets de cet univers aux accents ésotériques et fantastiques.

Ce jeu, Engrenages, a-t-il été joué en dehors de votre cercle d’amis ?

Comme un bon livre, un bon jeu de rôle prend du temps. Nous avons commencé en 2013, et fait plus de 25 conventions en France et en Angleterre les années qui suivirent. Notre communauté est donc menue mais a le mérite d’être active ! Nous avons 7 Magisters (le surnom de nos meneurs et merci à eux) qui jouent régulièrement et je viens de relancer une campagne en plein confinement.

25 conventions ! Ah oui c’est une belle présence !
Je crois que le quatuor qui a créé ce jeu se nomme lui-même La Team – est-ce que c’est important pour toi cette dimension collective de la création ?

Oui c’est très important, on ne peut pas porter un projet seule, et surtout c’est le foisonnement et l’échange qui créent des expériences marquantes. Je ne suis toute puissante et la diversité de nos profils et de nos centres d’intérêt on crée une vraie richesse dans l’univers et dans le type de jeu / scénario proposer. Le système de jeu a été beaucoup changé et même maintenant je pense que l’on peut l’adapter au jeu à distance.

Oh mais justement, tu as beaucoup voyagé et vécu à l’étranger – est-ce que cela t’a amené à jouer des jeux de rôle à distance ?

En fait non. À l’étranger j’ai joué à la façon locale. Les Anglo-saxons jouent comme nous. Ce qui m’a beaucoup changé c’est le jeu en Asie ! En Chine, comme au Japon on ne s’invite pas chez soi pour jouer… On va plutôt dans un lieu dédié au sein de l’université ou dans des salles aussi utilisées pour le karaoké ou les soirées privées.

Question de Kinayla : Et prévois-tu de crowdfunder ou lancer ton jeu (enfin celui de la team) par le biais d’une maison d’édition ?

Nous avions commencé le travail avec un éditeur français mais avec mon long séjour à l’étranger et les mésaventures de mon co-auteur favori on a mis l’écriture en mi-temps. Pour ce qui est du Crowdfunding, on n’est tout simplement pas encore prêt.

Question de manu : Bonjour, vous êtes vice-présidente de la FFJdR. Pouvez-vous nous en parler quelle action elle mène ?

La fédération française de jeu de rôle est une vieille institution. Fondée en 1996 par un groupe de passionnés dans le but de démocratiser le jeu de rôle et de faire le pont entre les différentes associations en France. Elle a toujours cette mission fondamentale. Nous offrons support et aide à nos associations adhérentes (dont une assurance mutualisée) ainsi qu’à nos membres individuels (système RÊVES, aide aux meneurs…) Cette année, en lien avec la Fédé-GN, nos actions seront prises sous le thème du Cyberpunk.

En effet, tu fais à présent partie de la FFJdR. Qu’est-ce qui t’a donné envie de t’impliquer ainsi ?

L’associatif aujourd’hui a du mal à répondre à nos attentes, en tant que joueur nous consommons et créons peux. Mais je pense que nos associations sont cohérentes avec la pratique du jeu de rôle sur table, et notre fédération représente un repère. Je me suis impliqué car je voudrai lui donner un nouveau souffle, et l’adapter aux besoins actuels de nos associations et membres.

Avec ce concours on bouscule la définition du jeu de rôle en tentant d’enrichir ce hobby de pratiques à distance. Quel est ton regard sur les nouvelles pratiques dans le jeu de rôle ?

Aussi immuable que le temps, le changement fait partie de la vie. Je pense que c’est un défi qu’il faut relever. Que c’est en sortant de sa zone de confort que nous pouvons découvrir et apprendre ! Le jeu de rôle évolue avec son temps et ses pratiques. Personnellement, je viens de lancer une campagne sur discord, j’ai découvert les BOTS (et leur codage). J’avoue ce n’est pas franchement inné, mais ça en vaut la peine. Cela ouvre des perspectives.

question de manu : Je me demandais quelle action vous souhaitiez mettre en place dans le cadre de ce nouveau souffle dont vous parliez ? (pour finir l’interview avec l’avenir 😊)

Déjà on lance le recrutement et l’appel à projets ! Je chercher des conspirateurs pour changer tout ça, en mieux. Je cherche des personnes qui souhaiterait m’aider a donner un souffle nouveau a notre communication (site web, Facebook, YouTube) nous avons pour projets d’actualiser RÊVES pour fournir des supports plus dynamiques et de nouveau scénario gratuit, nous souhaiterions aussi nous lancer dans l’actual-play avec une meneuse et relancer des cycles de conférence filmer. On a déjà relancé les animations en convention et rouvert la porte au JDR de la BNF Paris (avec l’aide inestimable de nos agents infiltrés). Rejoignez la FFjdR, je mort pas, c’est promis 🙂

Sophie, tu nous as fait le plaisir de rejoindre le jury de ce concours, qu’attends-tu des jeux qui vont concourir ?

Je voudrais être surprise et interloquée. J’attends des jeux qui me sortent de mes petites habitudes et qui me proposent une façon de jouer qui me fasse réfléchir.

Merci beaucoup Sophie de t’être prêtée à cette petite interview !

Merci à vous!

Merci aux personnes qui ont contribué !

 

Articles recommandés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *