Peut-on imaginer un jeu de rôle pleinement jouable en peu de mots ? Largement moins que les 300 pages habituelles ? Sur cette idée un concours a été conçu aux USA puis importé il y a quelques années en francophonie. Pour sa quatrième édition, en plein confinement de la pandémie COVID 19, le thème s’impose : jouer à distance. Le nombre de mots est revu à la hausse pour proposer de faire des jeux en moins de 500 mots. 

Un jury de rêve est réuni avec pour idée de valoriser la diversité. Ainsi 9 personnes constituent le jury. Mélisande de Lassence et Tiramisù, organisateurs à partir de cette édition, réunissent Valentin T., Morgane Reynier, Pierre Rosenthal, Mathieu Tortuyaux, Melville, Sophie Briand, Selene Tonon. Des approches et des sensibilités bien différentes réunies pour décerner leurs coups de cœur et offrir des retours sensibles et constructif au plus de jeux possible. 

Des jeux nous en recevons 57 en deux semaines ! Une variété incroyable, un souffle nouveau qui tente de réinventer le jeu de rôle pour tirer parti de la communication à distance. Le jury prend du temps pour les étudier, pour tenter de comprendre certains jeux retors, pour partager leur flamme pour d’autres jeux qui font battre leurs cœurs. Initialement prévu à 5, le nombre maximum de coups de cœur décernés par un jury à du être porté à 6 pour contenir tout l’amour que nous leur portons. Et encore ! Dites vous bien que les membres du jury adorent pas mal de jeux auxquelles ils n’ont pas pu offrir un coup de cœur.

Ainsi, 13 jeux trouvent une personne en particulier dans le jury pour leur offrir un coup de cœur. Aveugle, sourd et muet, Le livre, Arcade Anomaly, Centrifuge, Voight-Kampff, 9 line Medevac, Des phares dans la nuit, Printemps 2020, Gif Adventures, « Vole deux nuits ! » Le livre migrateur dont je suis le héros et un peux l’auteur… , Gloire ou Infamie, Esprit de Discord et Cheminement trouvent un public en l’un ou l’une des membres du jury. 

 

Huit jeux remportent deux coups de cœur. 

 

La Revoyure de Yaakab propose de jouer “des ami(e)s de longue date que la vie a séparé reprennent contact. Ils ou elles ont tant à se raconter, se remémorer, s’avouer et pardonner… Choisiront ils/elles de se revoir ?”.  Les deux membres du jury qui ont salué cette création d’un coup de cœur sont Pierre “Le jeu est très intéressant, bien construit, se joue à distance. Il donne envie” et Valentin “La lecture de ton jeu m’a beaucoup touché”. 

GIFICAT est un jeu de Allegas qui campe le “23ème siècle, l’humanité a fini de détruire la Terre; sa seule solution, pour survivre est un exil de plusieurs centaines d’années vers une planète viable à l’aide de gigantesques vaisseaux arches automatisées. Afin de palier à la mortalité de l’homme et préserver la culture au sein de chaque vaisseau, sa population fut branché au SID où ils continuent à vivre et enfanter, afin d’assurer le jour J une communauté de colons viables.” Le système de résolution très malin emploi la recherche et l’interprétation de GIF animés. “On pense à Wall-e et on a envie de jouer cette population oisive qui résout ses conflits à coup de GIF” partage Tiramisù. “Le coup du chat m’a tué, j’aime assez ce brin d’humour bien qu’on pourra surement trouver des gros gifeurs du net avec des capacité à trouver le meilleur des gif” dit Mélisande.

Yemma, un jeu de Léonard Chabert, “retranscrit la correspondance entre un personnage qui a quitté son pays (l’Émigrant) et quelqu’un de sa famille : sa mère, son père, un frère, une sœur… (le Parent). Il met l’accent sur les non-dits de l’Émigrant, sa détresse qu’on lit entre les lignes. Coup de cœur de Valentin et de Mélisande, elle en dit “Un jeu épistolaire et crypté ? N’en dites pas plus, j’arrive” !

Dans l’espace, quelqu’un vous entendra peut-être chanter est un jeu de Leïla Teteau-Surel : “Aujourd’hui, en s’arrêtant à proximité d’un astéroïde, le système du vaisseau de l’exploratrice a capté une communication. C’est un message pré-enregistré. Une communication non-humaine, quoique le langage utilisé soit humain. L’exploratrice reconnaît par moments des paroles de chansons. Le message est étrange et touchant, il a sa propre poésie. Dès lors, l’exploratrice n’a plus qu’un seul désir : atteindre la source du message. Elle en un émet à son tour, en espérant qu’il lui parvienne.” L’alienne se joue en chantant. Des jurées ravies : “C’est un très très beau jeu” Melville “C’est beaucoup trop mignon comme idée ! Communiquer, avec des chansons, j’adore !” Morgane

Apóstasi par Alexandre Goujon nous plonge en Synaísthima, “un espace semblable au notre, à la stupéfiante différence qu’il n’est pas construit sur les simples règles de la physique, mais plutôt sur les infiniment plus intenses règles des sentiments. Chaque ressenti donne vie à une forme de réalité. Tel un écho, chaque sentiment éprouvé modifie la trame de l’espace et du temps. La tristesse devient torrent, l’amour devient feu, la peur devient ténèbres. “C’est beau, c’est d’une grande finesse, c’est vraiment bien écrit. Bravo. Merci.” conclue Melville.

Dark age of Charlo, un jeu par Hippolyte et Théophile Strent, propose de jouer “deux équipes de chevalier dans une course aux reliques sur fond de parodie de quête du Graal “Scénario facilement réalisable via un discord” dit Sophie “belle utilisation de l’outil” ajoute Mathieu.

Fossé, un jeu de Christian Amauger : “après une séparation marquante entre les deux personnages. Vous avez vécu une histoire importante ensemble (platonique, amoureuse, professionnelle, etc.). Vous êtes actuellement séparées. Votre brusque séparation est liée à un événement marquant (dispute, malédiction, décision familiale, loi autoritaire). Vous souhaitez retrouver l’autre, mais vous portez le fardeau d’un secret qui complique vos retrouvailles”. Tiramisù est sous le charme “un beau jeu sur la relecture de ses amours, entreprises et amitiés” ainsi que Melville : ” C’est vraiment, vraiment beau. Merci.”

Réverbérations, un jeu de Etienne T.Harvey, “un podcast jeu de rôle qui se joue à deux participant·e·s” propose d’enregistrer et diffuser les interviews de vos personnages favoris. Selene est conquise “Une idée passionnante et intelligente, aux nombreuses ramifications et possibilités”  et Morgane conclue “Je trouve l’idée vraiment charmante”.

Deux jeux remportent 3 coups de cœurs

 

Bulles, premier jeu de rôle de Nadia Cohen, est “un jeu narratif entre rêve et réalité, où les deux se confondent dans un récit onirique. Il se passe dans des sous-marins individuels communiquant par radio. En perdition dans les eaux profondes, vous naviguez dans des paysages spectaculaires qui se mélangent aux rêves que vous faîtes pendant vos micro-sommeils”. Tiramisù dit “atteindre son émotion me semble le but véritable du jeu et il me semble assez riche pour y arriver”. “Wahou, j’ai envie de bullez tout d’un coup sous l’océan” partage Mélisande et enfin Sophie ajoute “Très chouette concept, et système de jeu intuitif.”

Journal, un jeu de Mari J. Tusson : “La mégapole de New Lock est en panique. Les autorités viennent de déclarer la quarantaine. Vous voilà coincée en pleine zone de crise, mais vous êtes une vraie pro, une journaliste de brousse aguerrie. Vous allez continuer de relayer l’information tout en essayant de sortir de ce merdier.” Melville trouve que c’est “Une approche maline, inspirée d’une bande dessinée qui fait partie de mes références personnelles”. “Ce jeu est EXCELLENT” pose Morgane. “Tout cela semble faire un belle conjonction pour des parties bien typées, différents et dynamiques” surenchérit Pierre.

 

Deux jeux remportent 4 coups de cœurs

 

41mn de contact de Thomas campe “la rencontre d’une entité intelligente balbutiante avec un humain banal au travers d’un tchat et salon discord”. Celui-ci a souhaité ne pas rendre public les retours du jury sur son jeu. Ce jeu a été un coup de cœur de Melville, Selene, Mathieu et Pierre !

Terres de Rêves est un jeu de Kaeduss “un corbeau nommé Munagin apparaît à quelques rêveur·se·s élu·e·s dans un songe étrange et leur confère les pouvoirs d’arpenteur·se du monde onirique. Ton vœu le plus cher, il se réalisera peut-être si tu trouves la Cité d’Émeraude. Mais pour qu’elle t’apparaisse, tu dois d’aborder te lier aux autres arpenteur·se·s.” Ce jeu est un coup de cœur pour Tiramisù “Jolie formule pour un jeu d’écriture du point de vue de son personnage et qui prend le temps de l’écriture”, Valentin, Mathieu et Mélisande “J’ai adoré le twist sur la partie de débat pour le vœu le plus cher”.

Et le jeu qui remporta le plus de coup de cœur est …

 

Grand vainqueur de cette année, il s’agit de Lettres Trouvées de Matthieu Bé. C’est un jeu de rôle “massivement épistolaire” proposant de laisser au détour d’un réseau social un lettre d’un personnage fictif – lettre à qui peut-être quelqu’un répondra à son tour.  “On joue un rôle (l’expéditeur de la lettre), c’est à distance, le principe est simple. Le thème est prometteur” analyse Pierre. “Ce jeu est une bonne base de partage et d’échange, parfait pour créer une première relation qui lie plusieurs personnes à un jeu / imaginaire commun” ajoute Sophie. Tiramisù dit que “Ce jeu est une ode à l’ouverture du JdR, créant des lettres qui par sérendipité navigueront les réseaux sociaux jusqu’à intéresser de nouvelles personnes”, Mélisande partage “J’aime beaucoup le concept de jouer avec des inconnus, telle une bouteille à la mer”. “C’est malin, c’est simple, c’est plein d’humanité” ajoute Melville. Valentin lui offre également un coup de cœur. Lettres Trouvées réussit à être un coup de cœur de 6 des 9 membres du jury. 

Articles recommandés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *